SHAO Société Historique et Archéologique de l\'Orne

Conférence de Benoit Lanceron samedi 13 janvier 2018 «Comportements politiques et fiscaux de deux communautés rurales du Houlme dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Saint-André-de-Briouze et Pointel »

B Lanceron - image recadrée.png

Benoit Lanceron

 

Cette séance de début d'année a commencé par les traditionnels vœux prononcés par Odile Leconte, présidente de la SHAO, puis s'est poursuivie par la présentation de quelques nouvelles relatives à la vie de la société par Gilles Folin, secrétaire général, avant de laisser la place à l'intervenant du jour, jeune professeur d'histoire-géographie dans un collège du Calvados.

 

WP_20180113_001.jpg WP_20180113_004.jpgBenoit

 

Benoit Lanceron et Gilles Folin, secrétaire général de la SHAO

 

L'intervention avait pour thème la vie dans deux paroisses du Houlme au XVIIe siècle.

Après une définition du territoire concerné et des limites temporelles de l'étude, le conférencier a explicité sa démarche et les sources exploitées, notamment les registres de certificats liés à la taille.

La problématique s'articulait autour de la gouvernance et des servitudes au village: qui gouverne ? Qui domine ? Qui sert ? Où se passe cette démocratie villageoise ?

 

Selon Benoit Lanceron : «  Décrire la vie et le fonctionnement des communautés normandes au quotidien – celui de la seconde moitié du XVIIe siècle –, décrire l’ordinaire et non l’extraordinaire, voilà ce qui a été l’objectif de ce premier travail de recherche, mené en 2014, dans le cadre d’un master 1, sous la direction de Jean-Marc Moriceau à l'Université de Caen.

A partir d’une source normande unique, les délibérations des assemblées d’habitants de villages ornais, il a été possible d’observer ces hommes vivre, discuter, choisir, délibérer, défendre des intérêts communs ensemble. Or, c’est l’impôt, ou plutôt les impôts, qui sont au cœur des comptes rendus des assemblées d’habitants. Ce « service du Roi », est le premier facteur d’évolution des communautés en Normandie, tant il pèse sur elles.

Les archives de Saint-André-de-Briouze et de Pointel, qui feront l’objet de cette conférence, ont ainsi permis de réfléchir aux comportements politiques et fiscaux des villages normands et de leurs habitants, à l’époque moderne ».

 

Dans une dernière partie, le conférencier a montré les apports des documents dans la compréhension du phénomène de l'alphabétisation à partir des signatures. Ce processus très différencié selon les individus situe des situations sociales très diverses, entre ceux signant à l'aide d'une marque ou d'autres au contraire dont la signature s'orne d'un paraphe.

 

Benoit Lanceron a terminé son propos par une présentation des ifs dans les cimetières des églises en terme d'emplacement et de signification.

 

L'exposé très clair et très bien illustré a permis à l'auditoire de retrouver la vie de nos ancêtres il y a trois siècles dans les communautés rurales normandes.

 

WP_20180113_006.jpg

 

L'auditoire

 

 

Prochaine Conférence samedi 10 février 2018 à 14 h 30

Salle Baudelaire – rue Porchaine à Alençon

 

Bernard LOUSTALLOT

« René-Nicolas Dufriche, baron Desgenettes, (1762-1837),

médecin chef de la Grande Armée »



14/01/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 106 autres membres