SHAO Société Historique et Archéologique de l\'Orne

Conférence du 8 mai 2010 de Mathieu Legoïc sur les bûcherons canadiens dans l'Orne - 1916/1919 -


Conférence du 8 mai 2010 de Mathieu Legoïc
 sur les bûcherons canadiens dans l'Orne - 1916/1919


Samedi 8 mai, à la salle Baudelaire à Alençon, la SHAO recevait Mathieu Legoïc pour la dernière conférence de la saison.

Avant de présenter le conférencier du jour, Yves Lenoach, au nom du conseil d'administration de  la SHAO, remettait à François Certain, l'ancien président, un livre de François Neveux, pour le remercier pour son investissement pendant de longues années au sein de la Société historique.


               

Il accueillait ensuite Mathieu Legoïc, attaché de conservation du patrimoine aux Archives départementales. Ce dernier est venu présenter un exposé sur  les bûcherons canadiens présents dans les forêts ornaises pendant le premier conflit mondial, thème de l'actuelle exposition aux Archives départementales de l'Orne (voir rubrique exposition).

Ce sujet, véritable découverte pour tous les auditeurs, s'est appuyé sur de nombreux documents provenant de différentes sources (Archives départementales, ministère canadien des armées, archives privées dont plusieurs centaines de photographiques inédites de Paul Lancre...).

En effet, le point de départ de toute cette recherche est une photographie de ce dernier, représentant des bûcherons canadiens autour d'une locomotive de la "First canadian forest company " dans le massif De Saint-Évroult, photographie sur laquelle Mathieu a commencé à mener des investigations.

Le 15 février 1916, après dix-mois de guerre, la Grande-Bretagne demande officiellement au Canada de l'assister dans l'exploitation de ses forêts de manière à produire sur place le tonnage nécessaire au front et à limiter ainsi les exportations de bois, menacées par la flotte sous-marine allemande. Trois mois plus tard, des bûcherons canadiens sont également déployés dans les forêts françaises, jusqu'à un nombre maximum de 13 000.

Dès le mois de septembre, plusieurs compagnies et détachement rattachés au 1er district du corps forestier canadien, vont exploiter les forêts ornaises : Andaines,
Bellême, Bourse, Écouves, Gouffern, Saint-Évroult et Trappe.

La demande de bois est alors de plus en plus pressante pour les besoins du front : tranchées, abris, ponts, voies ferrées, poteaux électriques, logements, charbon de bois, aviation, ...,  et malheureusement cercueils.

S'appuyant sur des documents originaux et variés, le conférencier a fait découvrir la vie de ces hommes : travail dans les forêts, vie quotidienne, relation avec les populations locales ou encore loisirs.

Si la présence des canadiens est bien connue des historiens, leur rôle dans la mobilisation des ressources forestières pour l'effort de guerre n'a laissé dans les archives et dans la mémoire collective que des traces très diffuses.
Une bonne occasion de réhabiliter un pan de l'histoire ornaise...






Une partie de l'assistance du jour...






09/05/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres