SHAO Société Historique et Archéologique de l\'Orne

Conférence de Jean-Philippe Cormier le samedi 11 février 2017: la guerre monétaire au XVe siècle.

L'an dernier Jean- Philippe Cormier avait présenté l'histoire monétaire des règnes de Philippe VI et Jean II (1328-1364) à travers des exemples normands. Cette année il a brillamment développé cette histoire pour la première moitié du XVe siècle.

 

"Un aspect méconnu de la guerre de Cent-Ans : la guerre monétaire entre les rois de France et les rois d'Angleterre (1400-1450). Exemples de trésors et de monnaies trouvés en Normandie".

 

 

 JP Cormier fév 2017 - 3- .jpg  JP Cormier fév 2017 - 2- .jpg

 Le conférencier présenté par la présidente de la SHAO, Odile leconte.

 

Sujet austère soit, mais le journal Ouest-France avait de façon humoristique lancé l'invitation à la conférence en titrant dans son édition du samedi : « T'as pas cent balles pour la guerre de Cent-Ans ? »

De fait, une soixantaine de personnes ont assisté à l'exposé et aussi questionné longuement le conférencier, jouant ainsi les prolongations.

 

Selon lui : "De tout temps, la guerre est coûteuse et génératrice d'inflation, et donc de dépréciation de la monnaie. La guerre de Cent-Ans n'a pas échappé à la règle. Battre monnaie est un acte politique, soumis aux contraintes économiques ; de ce point de vue, frapper monnaie à des conditions trop désastreuses est nuisible à l'image du souverain qui se laisserait aller à de telles extrémités.
Pendant la guerre de Cent-Ans, les souverains anglais et français se sont livré une âpre lutte en la matière.

La communication a étudié, à travers les textes, les monnaies, les trésors ou parfois les monnaies isolées retrouvés dans l'Orne ou en Normandie, la concurrence entre les monnaies d'Henri V puis d'Henri VI côté anglais et celles de la fin du règne de Charles VI, celles du Dauphin-régent puis roi Charles VII côté français, révélatrice des choix politiques, économiques et financiers des belligérants : les Anglais tentant de conserver une monnaie forte et stable, les Français ayant recours aux mutations monétaires, par nécessité le plus souvent, mais aussi parfois par choix conscient."


Image : Blanc aux écus d'Henri VI (1422), trouvé au château de Domfront.

 

écu Henvi VI.JPG

 

Par la suite, Jean-Philippe Cormier a proposé quelques numéros du Domfrontais médiéval et sa publication sur les monnaies médiévales, de lecture très abordable.



Texte et photographies de Robert Chevallier



Prochaine conférence le samedi 12 mars avec Fabien Briand, archéologue, au sujet des fouilles qu'il a effectuées en 2014 sur le site de la Providence au centre d'Alençon.

 



19/02/2017
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres