SHAO Société Historique et Archéologique de l\'Orne

Conférence de Guy Leclerc le samedi 10 mars 2012

Samedi 10 mars 2012

Conférence de Guy Leclerc

Samedi 10 mars 2012, avant son Assemblée Générale, la SHAO avait convié Guy Leclerc, membre du conseil d'administration et responsable des bulletins à la SHAO. Un public nombreux avait répondu présent.

Archéologue antiquisant, il s'investit dans des missions de prospections, de sondages et de fouilles sur le territoire ornais depuis plus de vingt ans.

Son  exposé reprenait les recherches qu'il a mené sur un aqueduc de la région de Sées et qui reste assez énigmatique.

   

                      Guy Leclerc                          Mélise Wojciechowski présentant les prochaines 

                                                                                                         conférences

Dans une première partie le conférencier du jour, nous explicitait les aqueducs romains, s'appuyant notamment sur les deux structures les mieux conservées: l'aqueduc de Nîmes (dont fait partie le Pont de Gard) et celui de Pompéi.

Ces ouvrages furent coûteux et l'évergétisme était de mise (les empereurs, les riches dignitaires ou particuliers n'hésitaient pas à donner de leurs deniers).

Ils représentent le génie civil des romains car techniquement ils étaient complexe à construire : parcours long, problèmes de relief, pente régulière et faible (le plus souvent 1m pour deux kilomètres) à assurer sur parfois des dizaines de kilomètres.

Quatre parties composent les aqueducs : le captage aux sources, les canaux de conduite (la partie techniquement la plus difficile car parfois il faut franchir les vallées par de grands ouvrages ou aménager des siphons inversés), Le château d'eau d'arrivée, appelé le castellum chez les romains, les canalisations de distribution qui mènent aux édifices publics (thermes, fontaines) ou privés.

Dans une seconde partie, Guy Leclerc présentait l'état de ses recherches sur l'aqueduc de Sées.

L'existence de cette structure a été révélée en 1996 par un agriculteur dont les terres jouxtaient une fouille que Guy Leclerc organisait sur un site de production céramique médiévale à l'ouest de Sées.

Un conduit d'adduction d'eau avait été mis au jour. Les campagnes suivantes de sondages et de relevés terrestres et aériens ont permis de retrouver une partie de cet ouvrage qui part de sa zone de captage au niveau d'Escure et se dirige vers la zone industrielle de Sées où son tracé s'arrête. Il a été déterminé qu'à mi-parcours, une dérivation desservait l'établissement agricole antique du Grand Herbage.

De nombreuses questions restent en suspens pour cet ouvrage hydraulique après toutes les recherches effectuées : Aqueduc privé ou public?  Emplacement précis du castellum (amas de cailloux proche de la nappe phréatique actuelle) ? Canal couvert ou à ciel ouvert? Destination finale (le centre antique de la ville de Sées ne peut être relié pour des raisons topographiques et la fin du parcours présente une pente de 8/1000) ?Cet ouvrage relierait donc un établissement non connu, peut-être détruit lors de l'aménagement de la zone industrielle ?

L'hypothèse d'un second aqueduc arrivant par le nord est à privilégier pour l'approvisionnement en eau.

Une série de questions permettait ensuite au public d'avoir des informations complémentaires.

 

                                                                     Le public à la conférence 

 

VOIR ARTICLE ASSEMBLEE GENERALE 2012
dans la rubrique Assemblée générale 

 

 


 

 

 

 

 

 



11/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 90 autres membres