SHAO Société Historique et Archéologique de l\'Orne

Conférence de Chantal Pontvianne samedi 13 octobre 2012

Conférence de Chantal Pontvianne

Samedi 13 octobre 2012

Les maisons paysannes de l'Orne

Pour lancer son nouveau cycle de conférences, la SHAO avait convié Chantal Pontvianne, présidente de l'association Maisons paysannes de l'Orne.

Ethnologue de formation, spécialiste des savoir-faire du bâtiment de la période pré-industrielle, elle est rattachée au Centre Régional de Culture Ethnologique et technique (CRESET) de Basse-Normandie.


Chantal Ponvianne

La conférencière du jour a su captiver l'attention de l'auditoire présent en premier lieu par  un exposé sur les démarches de sa mission et ensuite par une batterie de photographies illustrant les particularités du bâti rural ornais, passant d'une région ornaise à l'autre (le Perche, le pays d'Auge, le pays d'Ouche, la plaine d'Argentan, le Houlme, le bocage, la région alençonnaise...).


   La présentation de la conférencière du jour par la présidente de la SHAO, Odile Leconte.

Selon son propos:

«Le bâti rural est constitué d'une multitude de constructions et d'ensemble de constructions qui, formant habitat, liés aux paysages et aux travaux des hommes, à leur histoire et à leurs coutumes, reflètent l'extrême diversité géographique, historique, économique et culturelle de ce pays.

Le bâti rural vernaculaire s'est construit sans architecte ni urbaniste. Il est fait pour servir, pour être modifié, être reconstruit et s'adapter, à travers les altérations, aux changements continus qui ont affecté et modifient encore plus aujourd'hui la société rurale. Ce patrimoine durable qui reflète l'adaptation séculaire des techniques aux contraintes de milieu, ainsi que la diversité des terroirs, est un marqueur d'identité collective.

Toute idée de préservation se doit donc de composer avec les impératifs de l'adaptation et de l'amélioration d'un habitat que nous ne pouvons pas figer et qui n'est que rarement abandonné dans notre département mais le plus souvent réutilisé.

Que la maison soit «le plus apparent et le plus personnel des traits ethniques», comme l'affirmait André Leroi-Gourhan, indique donc tout à la fois l'importance de notre mission de protection qui nous préoccupe encore aujourd'hui et les difficultés que nous rencontrons pour la fonder sur des bases scientifiques».

L'action de Chantal Pontvianne s'articule autour donc entre muséïfication et sauvegarde de ce patrimoine fragile, dont certains témoins ainsi que certains savoir-faire - comme celui des menuisiers, peuvent disparaître si rapidement et irrémédiablement.

L'espoir passe selon elle par la sensibilisation des jeunes générations à ce patrimoine et à sa richesse, témoin d'un passé, humble mais si enraciné dans le terroir.


                                                             Le public


  Prochaine conférence samedi 10 novembre à la salle Baudelaire par Matthieu  Legoïc et Odile Leconte à propos des Verreries ornaises, exposition    prochainement présentée Archives départementales de l'Orne .



15/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres