SHAO Société Historique et Archéologique de l\'Orne

Conférence de Stéphane Tison le 9 avril 2016 : L'affaire Caillaux (1917-1924), un sarthois dans la tourmente nationale

     L'affaire Caillaux (1917-1924), un sarthois dans la tourmente nationale



Pour l'avant-dernière conférence du cycle 2015-2016 de la SHAO, Stéphane Tison, maître de conférences à l'Université du Maine est venu présenter cet aspect de l'histoire de la Première Guerre mondiale moins mis en lumière. Un large auditoire avait répondu présent.

 

 

WP_20160409_002.jpg               WP_20160409_001.jpg
                            

Stéphane Tison -                                  

                                        

   A la librairie où étaient en vente deux ouvrages de Stéphane Tison, Mélise Wojchiekowski, vice-Présidente, Lysiane Birée, une adhérente, Christian Thomas, vice-président et Robert Chevallier, Trésorier et responsable de la librairie. 

 


La mémoire de Joseph Caillaux, président du Conseil en 1911 et à plusieurs reprises ministre des Finances est toujours marquée par son arrestation en janvier 1918 et à sa condamnation en 1920 pour "correspondance avec l'ennemi". L'homme qui avait évité la guerre contre l'Allemagne en 1911 reste après 1914, malgré son ralliement à l'union sacrée, une figure du pacifisme associé au défaitisme, voire à la trahison. Mais pourquoi Caillaux fut-il arrêté ? Pourquoi ne fut-il pas condamné finalement pour "haute trahison" ? Comment les citoyens de sa circonscription de Mamers et des environs, ont-ils vécu la mise en cause par le gouvernement Clemenceau de leur élu ? A partir des archives locales et notamment du récit de l'affaire dans la correspondance du sénateur de la Sarthe, Paul d'Estournelles de Constant, Prix Nobel de la Paix 1909 avec Nicholas Murray Buttler, président de l'Université de Colombia aux Etats-Unis d'Amérique. 

Stéphane Tison a articulé son propos en plusieurs parties :

  • la complexe position des défenseurs de la paix dans une escalade vers la guerre à outrance, de 1911 à 1914,

  • Les fondements de l'affaire dans les années 1914-1917 et notamment les parcours et le rôle à l'étranger de Caillaux et d'Estournelles de Constant à cette période,

  • L'accusation et le jugement de Caillaux, 1917-1920,

  • la reconquête vers la réhabilitation, 1920-1924 (il est réhabilité le 9 juillet 1924).

Il retrouve alors en juillet 1925 son siège de conseiller général du canton de Fresnaye-sur-Sarthe et, en septembre suivant, la présidence du conseil général de la Sarthe (qu'il conserve jusqu'en 1940), et il se fait élire le 12 juillet 1925 sénateur.

 

WP_20160409_005.jpg   WP_20160409_007.jpg
                 Une partie de l'assistance       Intervention  de Gérard Bourdin lors de la séance des questions du public 

 

Ce que la mémoire garde de ce personnage : l'affaire rocambolesque de son épouse, assassinant le journaliste Gaston Calmette, directeur du Figaro le16 mars 1914, son action dans l'affaire du Maroc avec l'Allemagne dont l'épilogue se situera en 1911 et enfin sa contribution à la loi du 15 juillet 1914 qui institue l'impôt général sur le revenu (IGR).

Elle semble mettre de côté toute cette « affaire Caillaux » qui avait pourtant agité le microcosme français pendant un dizaine d'années...



Prochaine conférence par Michel Ganivet, le 14 mai :

La Première Guerre mondiale vue « d’en bas »,

cinq communes du Perche dans la réalité du conflit au quotidien






10/04/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres